Loading...

Le fléau du paludisme

Chaque année, le paludisme est responsable de 500  000 morts et infecte plus de 200 millions de personnes ; un tiers de notre planète est exposée au risque de contracter cette maladie transmise par des moustiques. Les victimes sont en majorité des enfants de moins de 5 ans qui vivent en Afrique.

La conviction de Target Malaria est qu’il est possible de trouver des solutions pour lutter contre cette maladie évitable et guérissable, et mettre fin à la destruction engendrée par ce fléau au sein des familles et au niveau économique pour les pays affectés. Nos travaux de recherche portent sur les technologies génétiques pour trouver des approches permettant de lutter contre le paludisme, axées sur la réduction du nombre de moustiques vecteurs qui transmettent la maladie.

Les interventions actuelles, comme les médicaments antipaludiques, les moustiquaires et la pulvérisation d’insecticide, ont permis de réduire l’incidence du paludisme mais sans parvenir à éradiquer la maladie dans de nombreux pays.

D’après le Rapport sur le paludisme dans le monde publié en 2020 par l’Organisation mondiale de la Santé, en dépit de progrès considérables réalisés dans la réduction des cas de paludisme à travers le monde, on constate depuis 2015 un ralentissement de ces progrès qui stagnent depuis trois ans. L’OMS avertit que la réponse mondiale face au paludisme se trouve à un «  tournant  » : faute de trouver de nouveaux outils, les principaux objectifs fixés dans sa stratégie mondiale de lutte contre le paludisme ne seront probablement pas atteints.

Pour éradiquer cette maladie, Target Malaria vise à développer de nouveaux outils de lutte anti-vectorielle qui viendront compléter les méthodes existantes et permettront de relever les défis actuels de la lutte contre le paludisme.